Comment l'Œuvre s'approprie tes enfants

From Opus Dei info
Jump to navigationJump to search

Naranjas (Espagne)


Hier avec une amie, nous parlions de la manière dont l’Œuvre s’approprie les enfants des surnuméraires à partir d’un certain âge, c’est-à-dire quand il n’y a plus à changer les couches, leur donner à téter ou les porter dans les bras.

Au début on ne s’en rend pas compte. Nous avons plusieurs enfants et une numéraire reste présente pour aider, conseiller, s’intéresser :

– Tes enfants regardent beaucoup la télé.

– La chambre de ta fille est en désordre. Elle lit Jorge Luis Borges, elle ne devrait pas, elle est trop petite pour ça.

– Vous ne devriez pas aller passer vos vacances sur cette plage.

– Tes enfants devraient aller à ce camp. Ils n’ont pas d’argent ? Qu’ils travaillent un peu et se le payent. À leur âge beaucoup font du baby-sitting ou les vendanges.

– Au fait, qu’elle s’habille un peu mieux.

– Elle est très capricieuse, tu ne devrais pas lui permettre ça. Tu ne trouves pas qu’elle rentre tard à la maison ?

– Tu devrais être plus autoritaire. S’ils ne veulent pas venir au club, pousse-les un peu !

– Pourquoi ne pas les emmener se confesser avec untel ?

– Et elle ne fait pas son lit ?

– Eh bien si elle n’aime pas, elle n’a qu’à se forcer, il faut apprendre à faire des sacrifices.

– Je dois te faire une correction fraternelle : l’autre jour X m’a dit qu’elle était venue chez toi à un cercle et qu’il y avait des jouets par terre.


Les numéraires vivent tellement en dehors de la réalité, c’est à briser le cœur. Les familles de surnuméraires sont pour elles un vivier gratuit de futurs numéraires qu’il faut donc éduquer en ce sens, dès le début.

– Ils mangent mal.

– Ils n’ont pas d’horaire ?

– Est-ce qu’elle prie celle-là ?

– Je t’ai apporté un livre pour ta petite fille.